Un jeune joueur brésilien à peine dans son club et déjà sur le départ à cause de sa couleur de peau ?


08 août 2019

Dans le football le racisme est encore malheureusement très présent et ce n’est pas l’arrivée du jeune joueur brésilien Malcolm dans son nouveau club en Russie qui nous fera dire le contraire.

 

Malcolm, attaquant brésilien de 22 ans s’est révélé à Bordeaux durant la saison 2017-2018 où il a littéralement explosé.

Suite à ses superbes performances ce n’est pas moins que le FC Barcelone qui s’offre ce joueur d’exception pour 42 millions d’euros. Mais la marche est sûrement trop grande pour lui et le club catalan ne l’utilise que très peu. En fait, il passe la plupart de sa saison sur le banc à regarder les matchs. Après une année donc difficile, il décide de se relancer en Russie, au Zenith Saint-Pétersbourg qui l’achète pour 45 million d’euros. Mais à peine arrivé dans son nouveau club où il pensait retrouver sérénité et plaisir du terrain, il serait, selon certains médias déjà sur le départ.

La raison ? Sa couleur de peau.

Cela pourrait passer pour une blague de mauvais goût mais c’est malheureusement vrai. Le club de Saint-Petersbourg est l’une des équipes ayant le plus de supporters en Europe, dépassant même l’AC Milan, le Bayern de Munich ou la Juventus de Turin. Mais voilà, une branche très conservatrice du public n’apprécie pas le recrutement du brésilien et une banderole contre l’attaquant a été brandie durant son premier match. Il était écrit dessus : « merci à nos dirigeants pour leur respect des traditions ». Ceci est une banderole ironique, faisant référence à une tradition totalement inventée par cette frange de supporters d’extrême droite : celle de ne jamais signer de joueurs noirs. Pas de quoi casser trois pattes à un canard pour une banderole idiote mais la presse nous révélait lundi que le Zenith songeait déjà à vendre le joueur fraichement débarqué, et cela dès le prochain mercato, (en hiver). Le club ne voudrait pas créer de polémique avec ses supporters et le joueur se sentirait mal à l’aise dans cette situation.

C’est évidemment un pur scandale. Heureusement, l’agent de Malcolm a démenti, affirmant que son joueur était heureux en Russie et qu’il n’avait même pas vu la banderole lors du match. Il continue en disant que Malcolm n’est pas le seul joueur noir du Zenith et qu’il ne faut pas donner d’importance à ces gens (sous-entendus « les racistes »). L’agent rappelle, au passage, que le joueur a été très applaudi quand il est rentré.

Le club, de son côté, a réagi dans un communiqué de presse, dans lequel il dément les accusations, se dit fier d’avoir Malcolm et affirme qu’il ne compte pas le vendre. Le Zénith Saint Pétersbourg ajoute qu’il a pour politique de signer les meilleurs joueurs possibles quel que soit leur origine, leur appartenance ethnique ou leur nationalité.

On espère donc que tout se passera pour le mieux pour lui en Russie et que ce genre d’histoire ne se reproduira plus.

 

Ce n’est pas le premier cas de racisme dans le football.

 

En effet, lors de la saison précédente, de nombreux incidents se sont produits dans différents stades d’Europe. Surtout en Italie, lors d’un match opposant la Juventus à Cagliari, le milieu de terrain de l’équipe de France Blaise Matuidi a subi de nombreux cris de singes des supporters de Cagliari, Matuidi a tenté plusieurs fois de stopper le match, sans résultat. Moise Kean, jeune espoir noir italien a fini par marqué et est venu célébrer son but au nez des supporters racistes, se prenant encore plus de cris de singes dans la figure. Finalement le match s’est clôturé par une victoire de la Juventus, mais l’histoire ne s’arrête pas là, dans une conférence de presse faisant suite au match, le capitaine de l’équipe, Bonnuci, a déclaré que pour lui la faute était partagé à 50/50 entre Moise Kean et les supporters racistes. Selon lui, le joueur n’avait pas à venir chambrer les supporters adverses. Une déclaration qui a fait réagir l’Europe entière. Finalement Moise Kean a signé à Everton cette saison, bien loin des ambiances malsaines italiennes.

D’autres cas sont également à signaler cette même année, en France également où un match entre Dijon et Amiens a été arrêté pendant 5 minutes en raison de cris racistes, ou encore au Monténégro, lors d’un match opposant l’équipe nationale d’Angleterre à celle des monténégrins, Rayheem Sterling, attaquant star des Three Lions a été ciblé, se vengeant en fin de match en inscrivant le but du 5 - 1.

A l’aube d’une nouvelle saison nous comptons déjà ce genre de comportements inappropriés. On espère évidemment ne pas avoir à vivre les mêmes situations que l’année dernière.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article