Suite aux demandes de parents, Netanyahu va transférer les crèches à l’Éducation


09 juillet 2019

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a accepté la proposition du ministère de l’Éducation, d’assumer l’entière responsabilité de toutes les garderies préscolaires financées par l’État, un jour apres que des milliers de parents ont réclamé ce transfert lors de manifestations nationales.

Les manifestations se sont déroulées dans un climat d’indignation hier, après qu’une directrice de garderie privée ai été accusée de maltraiter des enfants sous sa garde. De plus les parents ont exigé des changements dans les lois régissant les services de garde, dont des sentences plus sévères pour des éducatrices violentes et une supervision améliorée des garderies.

 

Netanyahu a déclaré dans un communiqué qu’ “au-delà des caméras, de la formation des enseignants du préscolaire et de la surveillance de base, j’ai maintenant convenu avec le ministre Rafi Peretz que nous allons transférer la gestion des garderies au ministère de l’Education”.

 

Seulement 23 % des crèches en Israël sont actuellement sous la protection du ministère de l’Education et soumises à son contrôle.Les autres sont supervisées par des organismes des ministères de l’Aide sociale ou de l’Economie, qui, selon les parents, ont des normes moins rigoureuses.

 

Mr Peretz, a remercié M. Netanyahu je cite « d’avoir accepté notre demande », déclarant que la protection des enfants était une priorité essentielle de son mandat. « La protection des enfants doit être continue, de la naissance jusqu’à l’âge préscolaire, primaire et secondaire. Nous devons nous assurer que nos enfants soit protégés dans tous les sens du terme. Le ministère de l’Éducation est l’organisme le plus professionnel et le plus qualifié pour effectuer cette tâche, depuis la naissance jusqu’à 3 ans. »

La décision ne concerne que les établissements publics à partir de l’âge de 3 ans. Elle n’affectera donc pas les garderies privées, comme l’ont réclamé les manifestants.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article