Malgré les réticences du gouvernement, la proposition de loi sur l’allongement de l’IVG a été adoptée par l’assemblée Nationale.


09 octobre 2020

Fait unique sous le quinquennat de Emmanuel Macron, les députés de la majorité ont massivement apporté leur soutien à la proposition de loi du groupe Écologie Démocratie Solidarité sans l’assentiment du gouvernement. Un soutien qui a permis au texte d’être adopté hier en première lecture par l’Assemblée nationale.

Ces derniers jours, le Premier ministre avait montré qu’il n’était pas enclin à apporter son soutien au projet de loi dont la principale disposition est d’allonger le délai de l’IVG de douze à quatorze semaines. Le ministre de la santé Olivier Verand a justifié cette position en expliquant que le gouvernement n’avait pas « assez d’éléments pour prendre une telle décision aujourd’hui ».

Des arguments qui n’ont pas convaincu jusque dans la majorité. Plusieurs élus en Marche se sont même opposés à la position gouvernementale en évoquant leurs expériences personnelles. La députée de la majorité Aurore Bergé a notamment raconté les entraves qu’ont connu les femmes qui voulaient recourir à l’IVG « Nous avons vécu des délais trop longs. Nous avons vécu des médecins qui nous obligeaient a écouter les battements du cœur ».

Au-delà d’emporter l’adhésion de l’Assemblée, le plaidoyer de la députée a suscité l’émotion sur les réseaux sociaux. Sa prise de parole a été pour l’instant partagée plus de cinq milles fois sur twitter.

Jérémy Chicheportiche 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article