Le ministre iranien des Renseignements semble confirmer le rôle de Gonen Segev, ex-ministre israélien

29 août 2018

Dans une de ses rares déclarations où il estimait que l'Iran était visé par de nombreuses tentatives d'espionnage, Mahmoud Alavi, le ministre iranien des Renseignements, a indiqué que Téhéran avait eu sous son contrôle, un membre du cabinet d'un pays hostile, sans préciser lequel.

Cependant, plusieurs sites d'informations iraniens, ainsi que de nombreux commentateurs, affirment que le ministre parlait de Gonen Segev, ex-ministre israélien des énergies et des infrastructures.

Le ministre iranien des Renseignements, Mahmoud Alavi, a semblé confirmer hier que l'ancien ministre israélien Gonen Segev, était bien l'un de ses agents.

« Vous avez récemment entendu dire que nous avions sous notre contrôle un membre du cabinet d'un pays hostile », et dont « le service de renseignement est l'un des plus puissants au monde », a déclaré le ministre iranien.

De nombreux sites iraniens sur la ligne des conservateurs, ont affirmé que Mahmoud Alavi faisait référence à Gonen Segev.

L'ancien ministre israélien de l'énergie et des infrastructures (entre 1995 et 1996), a été arrêté en mai, puis extradé de Guinée équatoriale vers Israël.

Il est accusé « d'espsionnage aggravé » au profit de l'Iran, son procès s'est ouvert le 5 juillet à Jérusalem.

Alors qu'il résidait au Nigéria, Gonen Segev est accusé d'avoir fourni depuis 2012 ,des informations sur la localisation de sites abritant des services de sécurité israéliens ainsi que des noms de responsables.

Seule une partie de l'acte d'accusation non-censurée par la Justice a été rendue publique, alors que le procès se tient à huis clos.

« Je voulais être un agent double et aider Israël », avait-il déclaré lors de son interrogatoire.

« Non seulement je n'ai pas nui à la sécurité de l'Etat mais j'espérais aider à sa sécurité », s'était-il défendu.

En parralèlle de cette révélation, Mahmoud Alavi estime que son pays était visé par de nombreuses tentatives d'espionnage, et annonce l'arrestation « de dizaines d'espions » en Iran, sans préciser la période où elles ont eu lieu.

« A la fois financièrement et par d'autres moyens, nos ennemis tentent d'obtenir des informations sur notre pays", a-t-il affirmé.

« Ils agissent en espionnant et en s'infiltrant. Heureusement, la section de contre-espionnage est l'une des plus fortes de notre ministère », a-t-il encore ajouté.

Par conséquent, il souhaite limiter l'accès des binationaux aux fonctions officielles. « Si vous connaissez des gens dans ce cas, informez-nous sur eux », a-t-il déclaré. Le ministre a par ailleurs indiqué que les autorités avaient entrepris une campagne pour que les citoyens à double nationalité n'occupent plus ces postes là.

Daniel Jacomella

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article