Heurts à Gaza: Les réactions à travers le monde, figé sur Israël

15 mai 2018

La mort de près de 60 manifestants palestiniens tués par l'armée israélienne à la frontière avec la bande de Gaza a suscité des réactions diplomatiques vives et nombreuses à travers le monde.

Emmanuel Macron a "condamné les violences des forces armées israéliennes contre les manifestants" dans des entretiens téléphoniques avec Mahmoud Abbas et le roi de Jordanie Abdallah II.

De son côté, l’Iran a estimé que "le régime israélien massacre de sang-froid d'innombrables Palestiniens qui manifestent dans la plus grande prison à ciel ouvert du monde".

Le chef de la diplomatie locale, Mohammad Javad Zarif a déclaré que c’était "un jour de grande honte".

La Syrie a quant à elle condamné "le massacre" de "civils palestiniens non armés", selon une source au ministère des Affaires étrangères.

En Egypte, les personnes tuées ont été qualifiées de "martyrs". Le ministère des Affaires étrangères a également émis une mise en garde contre une "escalade" de la situation.

Ce sont "les tirs des forces israéliennes contre des civils palestiniens désarmés", a dénoncé le ministère des Affaires étrangères saoudien.

"Nous condamnons ce qui s'est passé", a de son côté réagi l'ambassadeur du Koweït à l'ONU, Mansour al-Otaibi, dont le pays a appelé à une réunion mardi du Conseil de sécurité des Nations unies.

La ministre norvégienne des Affaires étrangères a estimé qu’"il est inacceptable de tirer à balles réelles sur des manifestants".

"C'est inexcusable que des civils, des journalistes et des enfants aient été des victimes", a réagi son homologue canadienne, Chrystia Freeland.

"J'appelle à éviter tout usage disproportionné de la force", a également écrit le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders.

Régulièrement critique à l’égard d’Israël, la Turquie a estimé que le pays de Reuven Rivlin "sème le terrorisme d'Etat", ajoutant que c’est un "Etat terroriste".

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a également indiqué que "ce qu'Israël a fait est un génocide", condamnant "ce drame humanitaire […] d'où qu'il vienne, d'Israël ou d'Amérique".

La Turquie a décrété trois jours de deuil national, et rappelé ses ambassadeurs à Tel Aviv et à Washington pour consultations.

"En raison du caractère grave et aveugle de la dernière attaque israélienne", l'Afrique du Sud a elle aussi décidé de rappeler "jusqu'à nouvel ordre" son ambassadeur en Israël.

Alors que des manifestations sont attendues demain, la Grande-Bretagne a appelé "au calme et à la retenue pour éviter des actions destructrices pour les efforts de paix".

"Nous demandons à toutes les parties d'agir avec la plus grande retenue", a pour sa part déclaré Federica Mogherini, qui dirige la diplomatie européenne.

 

Sophie Dias

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article