France inter rattrapé par la patrouille après un reportage sur Tsahal.


04 septembre 2020


Le Conseil supérieur de l’audiovisuel « a mis en garde la société Radio France » après la diffusion d’un reportage sur l’armée Israélienne. Ce rappel à l’ordre vient à la suite d’une saisie du député Meyer Habib.    

L’enquête de France Inter affirmait que Tsahal avait « détruit des installations médicales palestiniennes destinées a soigner les malades du Covid 19 ». Une accusation qui avait provoqué l’indignation du député des Français de l’étranger. Monsieur Habib, dans le courrier qu’il adresse au CSA
le 22 MaiDernier, regrette que « Aucune réaction des autorités Israéliennes ni même de simples vérifications effectuées. » Le directeur de l’antenne de France Inter, Jean Marc Four, se défend de tout manque d’objectivité, en rappelant que la radio avait consulté une association d’Israéliens juifs basée à Jérusalem. Mais l’élu UDI souligne dans son courrier que l’association interrogée, B’Tselem est d’extrême gauche et que cela revient à « questionner la Ligue Communiste Révolutionnaire en lieu et place du gouvernement français ! ».

Dans sa réponse le CSA constate que compte tenu des divergences d’interprétation quant au fait rapporté, « il aurait été nécessaire à l’information des auditeurs que l’expression des différents points de vue soit assurée». C’est dans ces conditions que le Conseil met en garde la société Radio France sur le traitement du conflit Israélo-palestinien.

France Inter n’en est pas à son coup d’essai. En effet, ce n’est pas la première fois que la chaine est sanctionnée après le traitement d’une actualité israélienne. En 2016 déjà, le Conseil avait considéré que la station « avait manqué de rigueur dans la présentation et le traitement de l’information ». Après la mort d’une jeune Israélienne, le correspondant avait indiqué que le Quartette du Proche orient avait condamné Israël pour sa politique de colonisation sans préciser qu’ils avaient aussi condamné les appels à la violence des palestiniens. Le journaliste avait ainsi mis la mort de cette jeune fille au seul crédit du gouvernement Israélien.

Jérémy Chicheportiche 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article