Dieudonné aurait trompé des loueurs de salles

30 janvier 2018

Un centre culturel et une salle privée de réceptions affirment avoir loué leurs espace pour une marque de cosmétique et un spectacle théâtre, et non pour le polémiste condamné à plusieurs reprises par les tribunaux

« La Condition publique a privatisé sa salle de spectacle samedi 27 janvier dans le cadre d’un lancement défini d’une marque de cosmétique », expliquent dans un communiqué commun Jean-Christophe Levassor, directeur de cet établissement public de coopération culturelle, et Frédéric Minard, son président et adjoint à la culture de Roubaix.

« A partir de 17H30, de nombreuses personnes se sont présentées » pour un spectacle de Dieudonné dans cette ancienne friche textile roubaisienne transformée en espace socio-culturel. « Comprenant avec une totale surprise la supercherie, nous avons alors fermé l’établissement », poursuivent-ils.

La direction a finalement décidé de ne pas annuler le spectacle, « pour garantir la sécurité des personnes et du quartier, et pour ne pas participer à la stratégie évidente de victimisation de Dieudonné ».

« En aucune manière la Condition publique n’aurait programmé le spectacle de Dieudonné », insistent MM. Levassor et Minard, qui examinent les « options de recours devant le préjudice évident subi ».

Dimanche vers 20h00, des centaines de spectateurs faisaient la queue pour entrer dans une salle privée de réceptions de La Chapelle d’Armentières.

« Je me suis fait avoir, pourtant on a été vigilant », a résumé Michaël Decherf, le gérant, qui a découvert qu’il s’agissait de Dieudonné dans la salle, au moment de la première représentation à 18h00.

« On a signé avec une agence parisienne. On a vérifié si elle existait, son chiffre d’affaires, il n’y a pas eu de problème de paiement », a-t-il raconté, expliquant que l’intermédiaire en question, qui l’a démarché une semaine plus tôt, avait parlé d’un « atelier théâtre et de ventes de produits cosmétiques. »

Pour Me Jacques Verdier, l’un des avocats de Dieudonné M’bala M’bala, « c’est un sous-événement ».

« La société de production (productions de la plume) loue des salles en France, plusieurs dizaines chaque année, je ne vois pas trop l’intérêt pour elle d’aller se recommander d’une société de cosmétiques », a-t-il déclaré à l’AFP.

Dimanche, sur le site officiel de réservation du polémiste, le lieu exact des spectacles n’était pas précisé. Il a été transmis par SMS aux spectateurs dans l’après-midi.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article