Des scientifiques israéliens étudient les coraux de la mer Rouge

11 juin 2019

Dans une course contre la montre visant à sauver les coraux habitants les côtes de la mer Rouge, Israël a rejoint un projet unique de collaboration régionale constitué de sept autres pays majoritairement musulmans.

Les coraux de la mer rouge sont très résistants au réchauffement climatique. « Ces 30 dernières années, nous avons perdu 50% des coraux du monde » a expliqué Maoz Fine, professeur de l’école polytechnique fédérale de Lausanne. 

Lorsque la température de l’eau augmente les coraux meurent, entrainant avec eux, la disparition de millions de poissons qui dépendent d'eux pour se nourrir et se protéger. 

Mais justement, la mer Rouge opère comme une sorte de « refuge thermique ». Plusieurs morceaux de coraux ont été soumis à des expériences et les résultats sont très prometteurs. Le corail provenant de la mer Rouge résiste à des températures de plus en plus élevées et à des processus d’acidification qui reproduisent les futures conditions estivales. 

Les chercheurs israéliens et leurs collègues suisses ont tenté d’isoler les gènes qui permettent aux coraux de survivre, dans l’espoir que leurs recherches puissent rendre d’autres coraux dans le monde, plus résistants. 

Les études menées ne s’arrêtent pas au territoire maritime israélien.  Le Centre de recherche transnational de la Mer Rouge a réuni 7 pays pour étudier tous les immenses récifs coralliens de la mer Rouge. Une alliance qui réunit : Israël, la Jordanie, l’Egypte, le Soudan, l’Erythrée, Djibouti, l’Arabie saoudite et le Yémen.

Et même si Israël n’entretient des relations qu’avec la Jordanie et l’Egypte, l’institution Suisse qui chapeaute le projet espère que chacun y mettra du sien pour partager les donnés récoltées et travailler ensemble pour l’écologie. 

Chloé Mercier

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article