Le ministre israélien de la sécurité intérieure salue le retour des sanctions américaines, et fustige l'UE qui souhaite sauver l'accord sur le nucléaire iranien

07 août 2018

Le retour des sanctions américaines contre l’Iran, qui font suite au retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien est perçue comme un tournant historique en Israël. Le ministre israélien de la sécurité intérieur salue cette mesure, et critique également la position de l’UE qui ne se soumettra pas aux sanctions, cherchant à sauver l’accord avec les iraniens.

 

« Il serait préférable que le régime iranien disparaisse entièrement de ce monde, mais ce serait également une bénédiction de voir le mauvais pacte conclu par Obama sur le nucléaire, remplacé par un meilleur », a déclaré le ministre à la radio israélienne.

« A mon avis, il y a de bonnes chances que ça se fasse », poursuit-t-il.

« Nous aimerions voir un changement politique mais il est impossible de savoir combien de temps cela va prendre », déclare un responsable israélien non identifié cité par la radio israélienne.

« Le seul levier disponible actuellement, est économique, et en utilisant cela, il y a une bonne chance que l’Iran tombe à genoux » : « Aujourd’hui, l’Iran est faible et hystérique ».

Et pour cause, des manifestations ont lieu régulièrement où le peuple iranien condamne la politique extérieure agressive du gouvernement, qui a ruiné le pays. La corruption, omni présente, est également pointée du doigt. Le gouvernement d’Hassan Rohani est appelé à se recentrer sur les besoins du peuple iranien.

Le ministre israélien de la sécurité intérieur fustige l’Union Européenne qui cherche à sauver l’accord sur le nucléaire iranien.

« L’union Européenne est moralement corrompue, et nous devrons nous en souvenir la prochaine fois que ces pays tenteront de nous faire la leçon », déclare Galid Erdan.

Pour passer outre les sanctions américaines, l’Union Européenne a mis en place aujourd’hui la loi « blocage ».

Crée en 1996, cette loi avait déjà servi à contourner les sanctions américaines qui visaient Cuba, la Libye et l’Iran.

La loi interdit aux entreprises européennes de se conformer aux effets extraterritoriaux des sanctions américaines, sous peine de pénalités des pays membres.

Mais elle leur permet également d’être indemnisées de tout dommages découlant des sanctions du pays ou de l’entreprise qui en est à l’origine.

L’Union Européenne n’est pas la seule à se dresser contre les sanctions visant Téhéran. A elle, s’ajoutent la Turquie, l’Inde et la Chine, qui avaient déclaré être beaucoup trop dépendants au pétrole iranien.

Aujourd’hui sur twitter, le président américain Donald Trump a lancé un nouvel avertissement au pays commerçant avec l’Iran après le retour des sanctions américaines.

« Quiconque faisant des affaires avec l’Iran, ne fera pas d’affaires avec les Etats-Unis. Je demande la paix mondiale, rien de moins », a-t-il ajouté.

Daniel Jacomella

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article